IRLANDE : une nouvelle étude sur les secteurs à risques toujours élevés

23/05/18Imprimer

Partager Partager sur FacebookPartager sur Google PlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedIn

Une nouvelle étude de l'Institut de recherche économique et sociale (ESRI) et de l'Autorité de santé et sécurité (HSA) examine les blessures et maladies professionnelles dans les cinq secteurs présentant des risques toujours élevés : santé, construction, transport et stockage, industrie (fabrication et services publics), agriculture, sylviculture et pêche.

Ces cinq secteurs ont représenté 41% des emplois et 56% des accidents du travail en 2014. À l'exception de la santé, ils ont ensemble comptabilisé 85% de tous les décès de travailleurs en Irlande en 2014. Le nombre de décès est le plus élevé dans le secteur de l'agriculture, la sylviculture et la pêche. Il est passé de 129 sur la période 2001-2007 à 151 entre 2008 et 2014. Les autres secteurs ont connu une tendance à la baisse.

Le secteur de la santé a enregistré le nombre total de jours perdus le plus élevé en raison de blessures liées au travail, soit 92 000 jours par an au cours de la période 2008-2014, suivi du secteur des transports (82 000 jours par an). 

Globalement, les travailleurs de nuit, les travailleurs postés et les nouveaux embauchés présentaient un risque plus élevé de blessures. Les travailleurs de la construction travaillant entre 40 et 49 heures par semaine étaient plus susceptibles de subir des blessures par heure travaillée, après avoir tenu compte des caractéristiques des travailleurs et des emplois. Dans le secteur agricole, bien que les personnes qui travaillent de longues heures présentent les risques les plus élevés, les travailleurs à temps partiel sont exposés à un plus grand risque de maladie liée au travail par heure travaillée. Cet effet à temps partiel a également été constaté dans le secteur des transports.

Pour Helen Russell, professeur de recherche à l'ESRI, "La reprise conduit à une forte croissance de l'emploi qui doit être saluée mais qui peut cependant entraîner des risques accrus pour la santé et la sécurité des employés, tels que des horaires de travail plus longs et un afflux de nouveaux travailleurs inexpérimentés.

En savoir plus