ESPAGNE : première action en justice pour la reconnaissance en MP des troubles de l’anxiété liés à l'amiante

23/02/18Imprimer

Partager Partager sur FacebookPartager sur Google PlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedIn
Selon le collectif d'avocats Col·lectiu Ronda, cinq travailleurs ont engagé la première action en justice demandant la reconnaissance des troubles d’anxiété et de dépression en tant que maladie professionnelle. Plus précisément, ils demandent des dommages et intérêts pour l’anxiété causée par l’exposition à l'amiante et la perspective d'être soumis à des contrôles médicaux réguliers le reste de leurs vies. Une anxiété qui ne se serait pas manifestée "si l’entreprise poursuivie avait rempli ses obligations de prévention et de sécurité au travail", expliquent-ils.

Le collectif d’avocats a signalé que l’entreprise accumulait depuis le début de cette année 17 décisions de justice, y compris certaines émanant du Tribunal Supremo (situé au sommet du pouvoir judiciaire espagnol), qui la rendaient responsable du décès ou de la maladie d’anciens travailleurs provoqués par une exposition à l’amiante sans mesures de protection.

En savoir plus (en espagnol)