La normalisation pour fédérer, accélérer, transformer l'industrie française

25/05/16Imprimer

Partager Partager sur FacebookPartager sur Google PlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedIn
L'association Alliance Industrie du Futur a récemment présenté ses travaux sur la politique de normalisation au service de la compétitivité industrielle française.

Créée en juillet 2015 pour assurer notamment le déploiement du plan national "Industrie du Futur", l'Alliance réunit les organisations professionnelles de l’industrie et du numérique, ainsi que des partenaires académiques et technologiques autour d’une ambition commune : faire de la France un leader du renouveau industriel mondial et propulser l’ensemble du tissu économique national au cœur des nouveaux systèmes industriels.

La dimension stratégique de la normalisation volontaire est au cœur de cette démarche, comme l'a souligné le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, pour le déploiement de l’Industrie du Futur en France et la compétitivité des technologies françaises en Europe et dans le monde.

Cette dimension stratégique a été largement soutenue par AFNOR quelques mois après la création de l’Alliance Industrie du Futur, par le lancement d’une grande consultation visant à identifier les besoins et attentes en normalisation pour accompagner les industriels en matière d’Industrie du Futur. 

Cette enquête, à laquelle EUROGIP a répondu, a conduit à la définition de neuf orientations pour de futurs travaux de normalisation. Il pourra s’agir de développer des normes sur des sujets tels que "robots industriels, collaboratifs et réalité augmentée : critères mesurables et limites acceptables des chocs entre l’homme et le robot" ou encore "place de l’homme dans l’usine du futur". Nul doute que le développement de normes en matière d’Industrie du Futur visant à rendre les usines intelligentes, connectées et flexibles pour gagner en compétitivité nécessitera une veille active pour s’assurer que les aspects "santé et sécurité au travail" sont correctement traités.