Deux nouvelles publications : l'une sur la violence au travail, l'autre sur la sécurité au travail des femmes

4/03/15Imprimer

Partager Partager sur FacebookPartager sur Google PlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedIn

Fondation de Dublin : la violence physique et psychologique au travail

Selon le dernier rapport d'Eurofound, environ 6 % des travailleurs européens déclarent avoir subi une forme de violence physique ou psychologique au travail au cours des 12 derniers mois. 
Globalement, l'intimidation ou le harcèlement sont relativement plus fréquents en France et au Benelux que dans les pays d'Europe méridionale et orientale. Les variations selon les pays peuvent refléter le niveau de prise de conscience de la question et la volonté de rapporter ou non ces faits comme leur survenance réelle.
L'exposition à toutes les formes de violence tend à se concentrer dans les secteurs où le personnel est en contact avec le public. C'est particulièrement vrai dans les secteurs de la santé et des services sociaux, ainsi que dans l'administration publique. 
En termes de conséquences, les victimes de violence signalent des niveaux significativement plus élevés de mauvaise santé que ceux qui n'y sont pas exposés. Les symptômes les plus communément rapportés sont le stress, les problèmes de sommeil, la fatigue et la dépression. 


EU-OSHA : risques émergents et tendances en matière de santé-sécurité des femmes au travail

Ce rapport met à jour les recherches précédentes sur les questions de genre au travail. Il offre un point de vue politique et vise à contribuer à “analyser les défis spécifiques posés en termes de santé et de sécurité par une plus grande intégration des femmes sur le marché du travail". Au sommaire :
- un aperçu statistique : tendances de l'emploi et des conditions de travail, exposition aux risques et sinistralité des femmes au travail ;
- une exploration des questions suivantes : expositions combinées, cancers professionnels, accès à la réadaptation, les professions féminines comme les soins à domicile et le travail domestique…

Le rapport met en évidence les principaux facteurs de risque : type de travail effectué par les femmes, problèmes rencontrés par les femmes jeunes et les plus âgées, croissance du secteur des services, violence et harcèlement, modèles de temps de travail de plus en plus diversifiées.